Jacques Rancière

Jacques Rancière (né en 1940 à Alger) est philosophe, professeur émérite à l’Université de Paris VIII (Saint-Denis). Élève de Louis Althusser, il participe en 1965 à Lire le Capital avant de se démarquer rapidement de son ancien professeur à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. En 1974, il écrit La Leçon d’Althusser, qui remet en cause sa démarche. À la fin des années 1970, il anime avec d’autres jeunes intellectuels comme Joan Borell, Arlette Farge, Geneviève Fraisse, le collectif Révoltes Logiques qui, sous les auspices de Rimbaud, remet en cause les représentations du social traditionnel et fait paraître une revue. (Les contributions de Jacques Rancière à cette revue ont été regroupées dans un ouvrage Les Scènes du peuple édité chez Horlieu en 2003). Parallèlement, il se penche sur l’émancipation ouvrière, les utopistes du XIXe siècle (notamment Étienne Cabet) et commence à voyager régulièrement aux États-Unis. De ce travail naîtra sa thèse d’État parue sous le titre : La Nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier.

Un peu plus tard, dans Le Philosophe plébéien, il rassemble des écrits inédits de Louis Gabriel Gauny, ouvrier parquetier et philosophe. Au milieu des années 1980, il s’intéresse à un autre personnage peu conventionnel : Joseph Jacotot qui au début du XIXe siècle remit radicalement en cause les fondements de la pédagogie traditionnelle. Cette étude donnera lieu à une biographie philosophique : Le Maître ignorant, dans laquelle il pose le postulat de l’égalité des intelligences. Il s’intéresse ensuite à l’ambiguïté du statut du discours historique dans Les Mots de l’histoire (ouvrage qui ne put, pour des raisons de dépôt légal, paraître sous le titre initialement prévu par l’auteur, Les Noms de l’histoire). À la fin de cette période, Rancière, qui est également cinéphile, proche des Cahiers du cinéma, explore les liens entre esthétique et politique. Courts voyages au pays du peuple, sous la forme de trois nouvelles philosophiques est le premier ouvrage directement consacré à ce sujet.

Les intellectuels

Démocratie

Un théâtre émancipé

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: